Les clés pour optimiser le référencement d’images sur Google

Référencement Google images

Dans le domaine du SEO, les images jouent un rôle à l’importance grandissante.

Sur certaines thématiques, les images génèrent un trafic non négligeable, d’autant que la concurrence est généralement moins forte qu’avec le support texte.

Pour bénéficier des opportunités offertes par les images de mieux se positionner dans les SERPs, il faut néanmoins respecter certaines règles imposées par Google.

Vérifier le taux de présence d’images dans les SERPs pour la thématique

Une récente étude portant sur 500 000 mots-clés révèle la présence de l’encart « Google Images » dans 26 % des SERPs. Ce taux grimpe à 83 % pour les requêtes qui concernent les secteurs du luxe et de la décoration.

Selon un expert du sujet, Google renvoie davantage d’images dans ses résultats lorsqu’une requête fait l’objet d’une forte demande d’images. Concrètement, si les internautes choisissent plus fréquemment d’obtenir des réponses en images à une recherche donnée, le moteur intègre plus naturellement ce format à ses réponses, y compris sur des pages qui n’en contenaient pas auparavant. Une quantité limitée d’images dans les SERPs de Google indiquent une faible demande pour ce type de format sur ce secteur, ce qui ôte tout intérêt à l’utilisation d’images pour un meilleur positionnement sur le moteur de recherche.

Choisir une image légère avec un contenu original

Une autre analyse portant sur les résultats liés à la thématique « habitation » montre une nette domination du format JPEG, choisi pour 93 % du million d’images apparues.

  • Les blocs affichés sur 60 % des pages de réponses correspondant à la requête se composent d’environ 12 à 19 images, celles-ci se présentant en format paysage avec un poids unitaire moyen de 134 Ko.
  • Si le maximum pour être retenu par Google est de 435 Ko, ce dernier privilégie les images légères (36 Ko) de 735 x 620 pixels.
  • S’agissant du contenu des images, le moteur souhaite un maximum de diversité. Il utilise ainsi un outil de reconnaissance des visuels qui lui sont soumis.
  • S’il détecte une multiplicité de sites utilisant la même image provenant d’une banque, il n’en retient qu’une pour ses résultats.
  • Pour un mot-clé très concurrentiel, il est essentiel de se positionner avec une image qui sort du lot. Ainsi, des images de produits photographiés dans une ambiance originale ou un environnement réaliste ont de meilleures chances d’être sélectionnées que celles prises avec un fond uni classique.

Utiliser les champs lexicaux connexes pour améliorer la visibilité du site

S’il est indispensable de travailler sa présence sur des mots-clés directement liés au produit, associer une image à une requête sur un thème proche est un moyen d’améliorer la visibilité du site. Par exemple, sur un visuel représentant un meuble de salon avec une plante à l’arrière-plan, le domaine principal est la décoration, mais il est possible de rattacher également l’image au mot-clé « plantes vertes », un champ lexical connexe.

Cette technique implique de fournir à l’algorithme de Google les informations dont il a besoin via la description insérée dans la balise « ALT » et la « meta description ».

Mesurer le trafic issu de l’image et l’entretenir avec le site

À l’inverse du texte, il est difficile de mesurer le trafic généré par une image sur Google. En effet, le moteur a annoncé en mai 2019 ne plus dissocier le trafic provenant de Google Images de celui sous forme de liens bleus dans Google Analytics. Seule la Search Console permet donc de monitorer le nombre de clics et d’impressions des images d’un site et d’identifier les requêtes ayant renvoyé à l’image ou aux pages auxquelles elle est intégrée. En revanche, l’interface ne propose pas de fonctionnalité permettant de les relier à des indicateurs de la performance commerciale tels que le taux de conversion, le volume de commandes ou le CA.

Enfin, le travail du référenceur ne se limite pas à faire en sorte que les images respectent les critères imposés par Google. Ces dernières doivent être actualisées en même temps que le site, sinon le site peut afficher une erreur de redirection, voire remplacer l’image par une croix rouge. Conséquences : une perte de trafic pouvant atteindre 5 %.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.