Google semble bien décider à offrir un maximum de réponses directement issus de ses « innovations » dans ses pages de résultats, mais cela ne va t-il pas rendre encore plus difficile la visibilité d’un site dans ses réponses !

Les utilisations actuelles de la « OneBox » (partie de résultats affichée entre la zone définissant la requête et les liens naturels ou sponsorisés (s’ils existent, souvent au nombre de 3, les autres étant sur le coté droit) fournissent actuellement des informations (conseils, horaires, vols, shopping…affichées en fonction de la nature des recherches); depuis peu, en rapport avec certains secteurs (tourisme = »visite », « lieux d’intérêt »….) un bandeau avec les vignettes images des principaux sites apparaissent et bientôt une nouvelle box dédiée à la santé s’insérera directement dans les réponses afin d’aider les utilisateurs et patients éventuels !
Pourquoi, parce Google devient un moteur de réponses et qu’il commence par les secteurs où le nombre de requêtes est le plus important dans l’ensemble des recherches (les domaines de la santé ou du tourisme par exemple…).

Toutes ces innovations sont principalement issues de l’essor du Knowledge Graph et avec ces multiples box mises en place, il faut bien constater que l’information est de plus en plus présente sur la page sans avoir le besoin de cliquer sur un quelconque lien.

Knowledge-graph Google

Autre constatation, avec toutes ces insertions en haut de pages, un référencement naturel va se voir reléguer dans la deuxième partie !!! non pas aux oubliettes, mais après la box, les liens commerciaux, les images….

Qu’en conclure actuellement :
1/il va falloir encore plus travailler sur le choix des mots clés donc sur la « longue traîne », c’est à dire sur des mots clés qui correspondent à une expression de besoin pour coller au maximum aux requêtes (avec des problématiques/questions posés => « qui, comment, où…. »)

2/travailler les contenus et les liens (qualitativement mais aussi quantitativement) pour satisfaire le knowledge graph. Puisqu’il compile des informations issues de sources diverses, il va bien falloir faire des contenus tous azimuts !!!! et c’est vers cette piste que le métier de référenceur s’oriente : puisque l’information donnée à l’internaute proviendra essentiellement (ou en tout cas, dans la première partie de sa première page) de ses outils, il va falloir nourrir ces outils !

A moins que cela soit le début d’une nouvelle révolution et de l’apparition (enfin) de concurrents qui proposeront une alternative au tout Google ? mais on peut en douter, vu la main mise du géant actuellement.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.